• curee_vautours_Hatidagar.jpg
  • fin_de_curee_Hatidagar.jpg
  • vautour1.jpg
  • vautour2.jpg
  • vautour3.jpg
  • vautour4.jpg
  • vautour5.jpg
  • vautour6.jpg
  • vautour_moine_perche.jpg

Association Francophone pour la Conservation des Vautours

chaugoun bec grele

L’Association Francophone pour la Conservation des Vautours, crée en décembre 2010 par Jacob Graham Savoie, est constituée selon la loi 1901 et a pour but de faire connaître les problématiques liées à la disparition des vautours. Animaux moins emblématiques que l'aigle et le faucon, il est donc plus difficile de sensibiliser les médias et d’alerter l’opinion publique sur l’évolution de leurs conditions.
Cette association est née suite à un stage en Inde mené sur la disparition des vautours. Elle souhaite apporter sa pierre à l'édifice élaboré en Inde pour tenter d'arrêter l'hécatombe qui s'est abattue sur les vautours indiens depuis 1990.
L’organisation d’expositions, de conférences, la réalisation de documentaires, la rédaction d’articles d’information, la participation à des forums représentent l’arsenal des moyens mis en œuvre par l’association pour atteindre ses objectifs.
Alerter et informer le grand public que la disparition des vautours dans certaines zones (en Inde par exemple) peut entraîner de graves problèmes humains et environnementaux. Et donner des moyens pour arrêter, ce qui pourrait devenir à terme une réelle catastrophe pour cette partie du monde.

La catastrophe écologique qui touche les vautours en Inde.

DiclofenacDans les années 1980 les vautours étaient très communs et répandus en Inde. L'espèce de vautour chaugoun, comprenait environ 80 millions d'individus, ce qui faisait de cette population de rapace la plus importante dans le monde.
Actuellement, la population de « vautours chaugouns » compte à peine quelques milliers d’individus. D’autres espèces de vautours indiens ont été victimes du même déclin On a cherché à partir des années 1990 la cause de cette catastrophe.
C’est le Dr. Lindsay Oaks du Washington State University et du Peregrine Fund qui en 2003 identifia le problème : le Diclofenac. Ce médicament est un anti-inflammatoire commun donné au bétail. Lorsqu’un vautour mange la carcasse d’un animal ayant été traité par ce médicament, il meurt  dans les jours qui suivent.
Les conséquences sur les populations humaines sont dramatiques : multiplication exponentielle de la rage chez les enfants, développement de la maladie l’anthrax, de la peste et de la pollution de certains milieux. En effet, la  disparition des vautours entraîne la prolifération d’autres charognards opportunistes comme les chiens errants et les rats. Comme ces charognards ne possèdent pas la même barrière immunitaire que les vautours, ils contribuent à la propagation de ces maladies.

Une réaction de la communauté internationale est cruciale.